Gwin Zegal / 2014

installation, matériaux divers, enregistrement sonore et vidéo, durée et dimensions variables

.

Projet collectif réalisé avec les artistes plasticien.ne.s Axelle Auguin, Catherine Goutierre, Lise Le Joliff, Sebastien Quentin, Marie Rousseau et Alexis Sergent

.

La chapelle Saint-Lazare, ancienne léproserie, accueillait une communauté de lépreux. Celle-ci, comme toute communauté, était régit par des règles et des rites. Les 11 serments étaient prêtés par les lépreux au curé avant d’être menés jusqu’à leur nouvelle maison. Ces serments ou « règles de conduite » portaient sur la nourriture, les déplacements, les lieux proscrits. Au nord Bretagne, Gwin Zegal, est une de ces îles d’exil et de solitude, une île des oubliés, sur laquelle nous avons décidé de réactiver ces rites pour interroger ce qui fait communauté. Chaque jour, chaque membre du groupe, avait le devoir de s’isoler sur l’île de jour ou de nuit, située à 1h du camp de base.

.

L’installation présentée est une reconstitution du camp de base, point de ralliement, zone de vie, de recherche et de travail créé lors d’une pratique de rite de passage.

.

Vue d’exposition, Chapelle Saint-Lazare, Angers
Vue d’exposition, Chapelle Saint-Lazare, Angers
Détail

.

Une édition – consultable au sein de l’installation – présente nos recherches historiques, nos expériences collectives in-situ, et nos approches individuelles de l’expérience du rite de passage.

.